L'appel préférentiel

L'appel préférentiel

Le à 11:49 par Serge Capot

Ce cours n°6 du niveau Lycée de l'école de Belote aborde un sujet qui devrait en interesser plus d'un : l'appel préférentiel lors d'une partie de Belote !
Pré-requis:
  • Une bonne entente avec son partenaire
  • Établir cette stratégie avant le début de la partie
Étant une stratégie encore mal connue des joueurs de belote, puisqu’elle ne se rencontre pas souvent en cours de partie, l’appel préférentiel vous est aujourd’hui présenté.
Par sa clarté et sa précision, l’appel préférentiel utilisé correctement vous permettra de remporter de nombreuses mains.
Une analyse de l’exemple suivant vous aidera à voir plus clair. Donc nous avons l’atout trèfle par Ouest il a la main :
L'appel préférentiel
 
Ouest commence par deux tours d’atout. Au second tour, son partenaire défausse d’un 7 de carreau pour lui indiquer qu’il refuse de continuer dans cette couleur. N’ayant plus d’autre choix, il se rabat alors sur les cœurs. Sud prend puis joue l’As suivi du 10 et… ne sait plus quelle carte envoyer. Il se demande alors pourquoi son partenaire ne l’a pas mieux éclairé.
En cas d’erreur et s’il envoie pique, ils perdront deux plis à pique.
Vu qu’il n’a pas pu défausser, de quelle manière Nord aurait-il pu éclairer son partenaire ? En utilisant l’appel préférentiel, c’est-à-dire jouer Dame-8 dans l’ordre indique pique et jouer 8-Dame indique carreau sur As-10 de cœur.
La règle est simple : « Ascendant : couleur au-dessousDescendant : couleur au-dessus ».
Est-ce que ça marche dans le sens inverse ? Oui !
Si l’occasion de second tour dans la même couleur n’est pas disponible, se servir de la première carte jouée comme indicateur de l’intention peut aussi être efficace. Autrement dit, si Sud n’avait que l’As, la Dame signifie le désir de monter, et le 8 le désir de descendre.
Bien sûr, il est évident que cette règle va à l’encontre de certaines règles de belote tacitement établies notamment celle qui encourage le chargement de la main de son coéquipier.
Les joueurs habitués à utiliser cette tactique le font quelquefois sous certaines conditions : « on ne le joue que quand on est en défense et qu’on peut espérer un « dedans » ; « on ne le joue que quand on n’a pas le contrôle de l’atout »…
Le pour et le contre de l’efficacité de cette technique, vous en jugerez par vous-même.
Cependant, il faut savoir qu’elle nécessite une bonne concertation des deux partenaires avant le début de la partie.
Avez-vous compris le cours ?