Nous utilisons les cookies afin de vous proposer le meilleur service possible. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

Les jeux de cartes les plus populaires aux Etats-Unis

Quels sont les jeux de cartes les plus populaires aux Etats-Unis ?

Le 27.09.2017 à 18:00 par Serge Capot

Bienvenue sur cette seconde session de découverte des jeux de cartes les plus populaires à travers le monde. Après l'Allemagne, l'Angleterre et l'Espagne, changeons de continent, allons voir à quoi joue-t-on chez l'oncle Sam de l'autre côté de l'Atlantique.
Welcome to America ! Nos cousins américains raffolent eux aussi des jeux de cartes. Nous ne vous parlerons pas aujourd’hui du Poker et de ses multiples variantes que l’on ne présente plus : place à la découverte des jeux de cartes les plus joués aux Etats-Unis : le Gin Rummy, le Cribbage et le Crazy Eights.

Le Gin Rummy (alias Gin Rami)

Né en 1909 dans l’État de New-York, puis popularisé par le cinéma et la radio dans les années 1940, le Gin Rummy est un jeu de cartes inventé par Elwood Thomas Baker, alors professeur de Whist à Brooklyn. Son nom “Gin Rummy”, est issu de l’alliance de deux alcools très populaires à l’époque (et à priori très appréciés par M. Baker) : le Gin et le Rhum.
Issu de la famille des Ramis, le Gin Rummy se joue à deux avec un jeu de 52 cartes.
Le dealer (celui qui distribue) est désigné au hasard pour la première manche puis la distribution se fait à tour de rôle les tours suivants.
Chaque joueur reçoit 10 cartes une à une, la 21e carte est posée sur la table face visible : c’est l’entame. Le reste des cartes est posé face cachée, c’est la pioche (ou le talon). C’est à l’adversaire du dealer de choisir s’il prend l’entame ou non. S’il ne la veut pas, à son tour le dealer peut choisir de la ramasser. Si à son tour le dealer la refuse, son adversaire commence à jouer en piochant directement la première carte de la pioche.
À chacun leur tour, les joueurs ont le choix entre prendre la dernière carte défaussée ou celle se trouvant face cachée en haut de la pioche. À la fin de leur tour ils se défaussent d’une carte de manière à avoir toujours 10 cartes en main.
image
L’objectif du jeu est de réaliser un maximum de combinaisons avec les cartes en main (brelan, carré, suite d’au moins 3 cartes) afin de réduire le plus possible le poids du “deadwood” (ou bois mort). Le deadwood correspond aux cartes que le joueur a en main mais qui n'appartiennent à aucune combinaison. Chaque carte apporte son nombre de points au deadwood : les cartes de l’As au 10 apportent leur valeur numéraire tandis que les figures valent chacune 10 points.
Lorsque que le joueur arrive à créer suffisamment de combinaisons pour réduire la valeur de son deadwood à 10 point ou moins, il peut alors annoncer la fin de la manche. On dit qu’il “knock” (il frappe sur la table). S’il parvient à combiner toutes ses cartes et à atteindre un deadwood d’une valeur de 0 point après s’être défaussé d’une carte, on dit qu’il fait un Gin. Mieux encore, s’il parvient à atteindre un deadwood d’une valeur de 0 point sans avoir à se défausser d’une carte, il réalise un Big Gin.
Lorsqu’il ne réalise ni un Gin, ni un Big Gin, l’adversaire peut se défendre. Le joueur ayant annoncé la fin de la manche, appelé l’attaquant, révèle les cartes de son deadwood ainsi que ses combinaisons. Le défenseur en fait autant. Ce dernier peut ensuite essayer de placer ses cartes restantes au sein des combinaisons de l’attaquant, réduisant ainsi la valeur de son propre deadwood. S’il parvient à obtenir un deadwood d’une valeur égale ou inférieure à celui l’attaquant, on dit alors qu’il l'undercut (il lui coupe l’herbe sous le pied), remportant ainsi la manche !
À noter que lorsqu’il ne reste plus que deux cartes dans la pioche et qu’aucun des joueurs n’a « knocké », la manche se termine et le même dealer redistribue les cartes.
Il existe plusieurs façons de compter les points au Gin Rummy : le système 10/20 étant le plus traditionnel aux Etats-Unis, le système 20/25 reste le plus populaire. Les points sont comptés à la fin de chaque manche. L’attaquant remporte la différence de points entre son deadwood et celui du défenseur. En cas de Gin, il remporte un bonus supplémentaire de 20 points, doublé pour un Big Gin (avec le système 10/20). Si au contraire le défenseur l’undercut, c’est alors le défenseur qui remporte un bonus de 10 points. Avec le système 20/25, le bonus pour un Gin est de 25 points, 50 points pour un Big Gin et 20 points pour un undercut.
Le premier à remporter 100 points gagne la partie.
De grands joueurs de Gin Rummy ont marqué l’histoire du jeu. Retenez bien ce nom : Stu Ungar. Joueur professionnel de Poker et de Blackjack, il est souvent considéré comme le plus grand joueur de Gin Rummy de l’Histoire. Une fois sa réputation établie, il fut difficile pour lui de trouver des adversaires à sa taille tellement sa victoire était évidente...
Envie de vous mettre au Gin Rummy ? Nous vous invitons à essayer l’application Grand Gin Rummy disponible sur Android, iOS  et Facebook.

Le Cribbage

D’origine anglaise, le Cribbage est un jeu très populaire en Amérique du Nord. Il fut inventé en 1630 par un chevalier et poète anglais, Sir John Suckling, également expert en jeu de cartes. Issu d’un jeu plus ancien appelé le Noddy, le Cribbage a traversé les époques et a bien survécu à l’arrivée de nombreux autre jeux de cartes, sans subir de grand changement depuis sa création.
Le Cribbage se joue généralement à 2, mais peut aussi se jouer à 3, 4 ou 6 joueurs (auxquels cas ils forment des équipes de deux), avec un jeu de 52 cartes. La valeur des cartes est identique à celle du Gin Rummy : les cartes de l’As au 10 apportent leur valeur numéraire tandis que les figures valent chacune 10 points. En plus du jeu de cartes, le Cribbage nécessite une planchette en bois permettant de marquer l’avancée des scores.
L’objectif du jeu est d’être le premier à atteindre 121 points, obtenus en effectuant diverses combinaisons au fil des manches.
En début de partie les joueurs tirent une carte au hasard, la carte la plus basse désigne le premier joueur à distribuer les cartes. La distribution alternera ensuite entre chacun des joueurs.
Au début de chaque manche, le dealer distribue 6 cartes à chacun, une à une. Le reste des cartes est posé en un tas sur la table, face cachée.
Après avoir consulté ses cartes, chaque joueur va se défausser de deux d’entre elles, qu’il va poser sur la table face cachée également. Elles forment ainsi un petit tas de quatre cartes qu’on appelle le Crib. Il est mis de côté et reviendra au dealer à la fin de la manche.
Avant de débuter la manche, l’adversaire du dealer coupe le reste du paquet, puis le dealer retourne la première carte, appelée carte de départ. Cette carte servira à la fin de la manche dans le calcul des points, constituant en quelque sorte la cinquième carte de la main et du Crib. À noter que si c’est un Valet, le dealer remporte d’office 2 points (si un joueur pose durant la partie un Valet de la même couleur que la carte de démarrage, il remporte 1 point).
Les joueurs vont ensuite poser leurs cartes sur la table une à une, chacun leur tour en commençant par l’adversaire du dealer. À chaque carte posée, sa valeur s’additionne à celles déjà présentes sur la table, et ce jusqu’à atteindre 31.
Le premier joueur atteignant 15 remporte 2 points. Si un joueur aligne deux cartes identiques formant ainsi une paire il remporte 2 points, tandis qu’un brelan rapporte 6 points et qu’un carré vaut 12 points. Pour gagner des points au cours de cette phase de jeu, les joueurs peuvent également réaliser des suites : ils remportent un point par carte constituant la suite (à partir de 3 cartes posées consécutivement et ce peu importe leur couleur et l’ordre dans lequel elles sont posées).
Lorsqu’un joueur ne peut plus poser de carte car la somme totale des cartes déjà posées va dépasser 31, il passe son tour en annonçant “go”. Son adversaire continue de poser ses cartes s’il le peut. S’il atteint précisément 31, il remporte 2 points, sinon il remporte 1 point car il est le dernier à poser une carte. Les joueurs ramassent alors leurs cartes respectives qu’ils posent de côté, et recommencent la phase de pose des cartes comme précédemment en commençant par le dernier à n’avoir pas pu poser de carte.
Une fois les cartes en main épuisées, les joueurs reprennent leurs cartes respectives pour former le plus de combinaisons possibles en incluant la carte de démarrage. C’est à l’adversaire du dealer de compter ses points en premier, et d’avancer son pion au fur et à mesure sur la planche de Cribbage. Les combinaisons possibles sont identiques à celles de la phase précédente : suites, paires, brelans, carrés, auxquels il faut ajouter la couleur (toutes les cartes de la main d’un même genre) qui rapporte 4 points (5 si la carte de démarrage est de la même couleur) ainsi que les associations de cartes atteignant 15 rapportant 2 points. Chaque carte peut évidemment servir à effectuer plusieurs combinaisons.
Le dealer va ensuite ajouter à ses points ceux obtenus par les combinaisons des cartes présentes dans le Crib associées à la carte de démarrage.
La manche terminée, c’est au tour du deuxième joueur de devenir le dealer (c’est donc à lui cette fois-ci que reviendra le Crib en fin de manche).
Le premier joueur à atteindre 121 points remporte la partie.
Pour l’anecdote, si le perdant n’a pas atteint les 91 points, on dit qu’il est “laissé en plan” et est appelé le “Skunk” qui n’est autre qu’une moufette (en anglais).

Le Crazy Eights ou 8 Américain

À l’oreille ce jeu ne vous dit peut être rien, et pourtant vous connaissez sûrement le principe du Crazy Eights (également appelé 8 Américain) popularisé dans les années 1970 par le jeu du Uno, qui en a repris les grands principes dans une version simplifiée.
Le Crazy Eights se joue avec un ou plusieurs jeux de 54 cartes (incluant 2 jokers), et potentiellement avec un nombre illimité de joueurs tant que l’on adapte le nombre de paquets de cartes utilisés.
L’objectif de ce jeu : être le premier à se défausser de toutes ses cartes.
La distribution des cartes se fait à tour de rôle, dans le sens des aiguilles d’une montre. Le dealer distribue 8 cartes à chaque joueur avant de retourner une carte face visible au centre de la table, c’est le talon. Le reste des cartes constitue la pioche.
Les joueurs vont jouer chacun leur tour dans le sens des aiguilles d’une montre (du moins au début de la partie), en commençant par le joueur à gauche du dealer. Quand vient son tour, le joueur a le choix : soit il pose sur le talon une carte de la même couleur que le talon, soit une carte de la même valeur, soit une carte Joker ou un 8. S’il ne peut poser aucune de ses cartes, il est alors obligé de piocher une carte, passant ainsi son tour.
Certaines cartes une fois posées vont déclencher des changements dans le jeu auxquels les joueurs sont obligés de se soumettre (bonus, malus, changements de sens…) Ces règles sont soumises à de nombreuses variantes mais voici quelques-unes communément appliquées :
  • les jokers peuvent être placés sur n’importe quelles cartes sauf sur un 8
  • les 8 permettent de faire changer la couleur annoncée
  • les 2 font piocher 2 cartes au joueur suivant
  • l’As fait sauter son tour au joueur suivant
  • le Valet fait changer le sens du jeu
À noter que lorsqu’un joueur n’a plus qu’une carte en main, il doit le signaler haut et fort en annonçant “cartes” (c’est le fameux “Uno !” que l’on connaît tous). Si ce dernier oublie et qu’un autre joueur le remarque, il peut alors le signaler en annonçant “contre-carte”, faisant ainsi piocher à son adversaire au bord de la victoire deux cartes supplémentaires.
La manche s’achève lorsqu’un joueur a abattu toutes ses cartes. On compte alors les points de chacun. Le joueur ayant posé toutes ses cartes ne remporte aucun point, les autres remportent autant de points que contenus dans leur main. Les 9, 7, 6, 5, 4, 3 rapportent leur valeur numéraire, les Rois et les Dames rapportent 10 points, les Valets, As et 2 rapportent 20 points et les 8 et Jokers rapportent 50 points.
La partie se termine dès lors qu’un joueur atteint les 500 points. Le joueur ayant le moins de points remporte la partie.
Les règles du Crazy Eights ont de nombreuses variantes qui n’ont de limites que l’imagination de ses joueurs. Libre à vous de créer vos propres règles, de conférer à une carte un pouvoir particulier. Le tout est de bien mettre à plat les règles qui s’appliqueront durant la partie, sinon gare aux prises de bec !
Voilà vous savez tout des jeux de cartes préférés de l’autre côté de l’Atlantique !
Rendez-vous très bientôt pour la suite de ce tour du monde des jeux de cartes les plus populaires !


Articles liés
Téléchargez vos fonds d'écran Belote.com

Ils sont là, ils sont deux et ils ont revêtu leur plus bel habit d’automne : voici vos nouveaux fonds d‘écran Belote.com !

Lire la suite
Jeux de cartes populaires dans le monde

On le dit assez souvent (et ce n’est sans doute pas vous chers lecteurs qui nous direz le contraire), la Belote est le jeu de cartes préféré des Français....

Lire la suite

Les articles Belote

Le site au slogan accrocheur « La Belote quand vous en avez envie » vous propose dans cette rubrique de nombreux articles qui vous aideront à apprendre ou réapprendre à jouer au jeu de cartes le plus célèbre en France.
Vous pourrez en effet retrouver sous cette rubrique les règles officielles de la variante classique mais aussi celles des variantes les plus connues du jeu : la Coinche, la Contrée et la variante « avec annonces ».
Vous y trouverez aussi des articles stratégie afin de vous améliorer et de mettre le plus de chances possibles de votre côté pour gagner vos parties.
Mais ce n’est pas tout : la rubrique articles vous informe sur les nouveautés de la plateforme Belote.com – Site proposé par GameDuell.
Vous pouvez ainsi y trouver des informations sur le jeu de la Belote en ligne en général, des interviews de joueurs sont également publiées, ainsi que des articles sur l’actualité de la seule et unique école de Belote en ligne du web.
Lorsqu’un examen de l’école est sur le point d’être mis en ligne, un article est publié sous la rubrique articles, afin que vous puissiez bien vous préparer avant de tester votre niveau !
Bien sûr, la rubrique vidéos  vous propose également des articles toujours accompagnés d’une vidéo sur le thème du jeu de cartes, dans le cas où vous préfèreriez ce média.
En plus de lire les articles publiés sur le site, si vous souhaitez vraiment vous améliorer et devenir meilleur à la Belote gratuit, il est vivement conseillé d’effectuer les quiz !
En effet, rien de mieux que de se confronter à une situation de jeu pour savoir si on adopte vraiment une bonne réflexion afin de bien jouer à la Belote !