Nous utilisons les cookies afin de vous proposer le meilleur service possible. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation.

Belote : les erreurs de débutant à éviter

Le 12.06.2018 à 19:00 par Serge Capot

Vous venez tout juste de tomber dans la marmite de la Belote et comme Obélix vous en voulez toujours plus. Pourtant votre taux de victoire peine à décoller et vous voyez bien que la chance du débutant connaît ses limites. Vous enchaînez les erreurs sans même peut être vous en rendre compte, entraînant avec vous votre partenaire dans vos chutes. Mais pas de panique chers apprentis beloteurs, voici une liste d’erreurs à éviter afin de ne plus mettre votre équipe dans des situations délicates.

1. Non la Belote-Rebelote ne suffit pas pour prendre la retourne

Belote et rebelote ?

Vous avez en main la Dame de Cœur accompagné du 7 de Cœur et voilà que le Roi de Cœur fait office de retourne. Même si la tentation de Belote-Rebelote est forte, s’agit-il d’une raison suffisante pour cueillir ce Roi et partir à l’atout Cœur ? N’oubliez pas qu’en présence d’une Belote-Rebelote, le contrat minimum à remplir passe de 82 points à 92 points. Alors, avant de succomber à ce beau Roi, posez-vous ces questions : combien d’autres atouts ai-je en main ? Sont-ils (potentiellement) maîtres (Valet, 9, As) et susceptibles de me rapporter des plis (et donc des points) ? Qu’en est-il de mon jeu de soutien : suis-je bien servi en As ? Ai-je une longue qui se profile ?

2. Ouvrez à la bonne couleur

Une fois les cartes distribuées et la retourne prise, la partie peut commencer. Vous êtes le premier à jouer, c’est à vous de choisir la couleur idéale pour entamer la partie (c’est ce qu’on appelle “ouvrir” la partie). Trois cas de figure s’offrent à vous :

  • L’équipe adverse a pris (vous êtes défenseur) : n'entamez surtout pas à l’atout ! Faire tomber d’entrée de jeu les atouts arrangerait bien trop vos adversaires. Autant profiter de cette position avantageuse pour tenter de remporter quelques points pour votre équipe. Commencez donc par poser un As qui a toutes ses chances de passer au premier tour. Si vous n’en avez pas, contentez-vous de défausser une petite carte sans valeur. Il pourrait s’agir du moment idéal pour se débarrasser de ce pauvre singleton par exemple (en admettant que l’un de vos adversaires choisisse de faire l’impasse à l’As, vous pourrez ainsi le lui voler au tour suivant !).
  • Votre partenaire a pris (vous êtes attaquant) : n’hésitez pas à entamer avec un atout. Non seulement cela aidera votre partenaire à faire tomber les atouts, mais c’est également l’occasion de lui donner la main pour la suite. Si vous n’en possédez pas, commencez si possible par poser un As.
  • Vous êtes le preneur : faites tomber les atouts si vous possédez le Valet ! Puis enchaînez avec vos autres cartes maîtresses tout en gardant un dernier atout sous la main pour le précieux 10 de Der. Si vous ne savez pas encore où se cache le Valet, commencez par poser vos As avant d’insister sur une couleur en particulier pour obliger vos adversaires à couper.

Si ces conseils vous paraissent trop limités, souvenez-vous que seule l’expérience vous permettra d’appréhender ces situations de jeu avec confiance et sérénité.

3. Écoutez les appels de votre partenaire

Faire un appel, c’est indiquer à son partenaire la couleur que l’on souhaite voir jouer par ce dernier au tour suivant grâce à la carte que l’on vient de poser lors de ce pli. Il existe différents types d’appel : direct, indirect, croisé, moderne, négatif… Si la reconnaissance des appels peut soulever des difficultés, n’oubliez pas que l’appel direct demeure le plus utilisé en particulier à la Belote en ligne compte tenu de la difficulté de savoir à quel partenaire on a à faire. Toutefois pour apprendre à reconnaître les différents appels, nous vous invitons à lire notre article sur le sujet.

4. Attention à votre singleton

Lorsque votre main comporte une seule carte d’une autre couleur, il s’agit d’un « singleton ».

Malheureusement celle-ci n’est pas un As, elle n’est donc pas considérée comme une carte maîtresse susceptible de vous rapporter des points… Comment jouer habilement cette carte ? Tout dépend de la valeur du Singleton nous direz-vous. S’il est préférable de sécuriser son 10, (en le défaussant par exemple dès que vous en avez l’occasion, lorsque votre partenaire a la main), que faire de ce 8 solitaire ? S’en débarrasser le plus vite possible semble être la solution idéale : sans posséder d’autre carte de cette couleur, vous serez prêt à couper au tour suivant ce qui représente un bon moyen de récupérer par la suite l’As ou le 10 de vos adversaires.

Comment jouer ces singletons ?

5. Ne raccourcissez pas votre partenaire

Lorsque votre partenaire prend, il est important de ne pas faire tomber ses atouts plus que nécessaire, au risque de “raccourcir son partenaire”. Voici un exemple simple : il est inutile de retourner une carte dans une couleur que ne possède pas votre partenaire (sauf si vous pensez être maître du pli) car vous prenez le risque de l’obliger à poser l’un de ces précieux atouts. Si vous avez besoin d’éclaircissements, rendez-vous sur notre article dédié au sujet.

6. Ne jouez plus votre 10 à la légère

Au contraire de l’As, le 10 est bien souvent une carte délicate à jouer. Non maître au premier tour de la couleur, le risque pour un 10 de se faire couper au second tour est important. Rappelons le, un 10 rapporte 10 points à l’équipe qui l’emporte, alors pas question de le poser sans réfléchir. Une analyse rapide des cartes de votre main et de celles tombées au tour précédent devrait vous donner une solide indication quant au risque encouru par votre 10 pour les tours à venir.
Prenons un exemple. En sachant votre équipe maîtresse, un de vos adversaires pose tout de même un Roi ou une Dame. Il faut y voir un signal d’alerte : si votre adversaire n’a pas d’autre choix que de vous donner des points, c’est qu’il joue probablement sa dernière carte restante de cette couleur. Votre 10 court donc un danger au tour suivant.

7. N’oubliez pas de compter les atouts

À l’inverse du Poker, à la Belote il est plus qu’indiqué d’apprendre à compter les cartes. Si vous n’êtes pas encore capable de mémoriser chacun des plis passés (pas de panique, c’est normal, et ça viendra avec le temps), pensez au moins à retenir le nombre d’atouts tombés. Allez, un petit effort, il n’y en a que 8 ! Avec un peu d’expérience vous serez bientôt capable de retenir quels sont les atouts tombés; viendra ensuite le tour des As puis des 10…
Pour aller plus loin nous vous invitons à jeter un œil sur notre article pour apprendre à compter les cartes à la Belote.

Voici quelques conseils qui vous permettront d’éviter des erreurs souvent commises par les débutants : De quoi progresser rapidement à la Belote et ne plus déclencher le courroux de votre partenaire !

Colère - 7 péchés capitaux de la Belote
Et maintenant, place à la mise en pratique (des conseils hein, pas des erreurs !). Pour cela, nous vous invitons à vous entraîner sur notre application de Belote en ligne disponible en téléchargement gratuit sur vos tablettes et smartphones sur les différents stores Android et iOS. Vous pouvez également jouer sur Facebook depuis votre ordinateur.
Jouez tranquillement face à nos robots ou décidez d’affronter de vrais joueurs sur nos tables progressives.

Si vous avez encore besoin de théorie avant de passer à la pratique, n’hésitez pas à visiter notre école de la Belote ou à vous amuser un peu grâce à nos quizz Belote.



Articles liés
Deviner le jeu de votre partenaire à la coinche

Bien interpréter les annonces de votre partenaire à la coinche, c’est une des bases  du succès, mais c’est surtout un art délicat. D’autant plus...

Lire la suite
Ne raccourcissez pas votre partenaire !

Tous les joueurs de belote le savent : bien soutenir son partenaire quand il a pris, c’est presque plus difficile que de prendre soi-même. S’il a...

Lire la suite